Tuesday, December 12th, 2017
HomeMa villeActualitésRésumé des suites d’ENAWO

Résumé des suites d’ENAWO

Comme nous le savons tous, au mois de mars dernier le cyclone ENAWO a frappé la Commune Urbaine d’Antalaha, qui a été touchée à 80%. Le Maire, Monsieur FERNAND Eddie, a vu ainsi un an d’effort pour sortir Antalaha de son sommeil de plus de 10 ans réduit à néant en une seule journée.

Loin de se décourager, il a appelé à une mobilisation des amis, sympathisants et natifs d’Antalaha à l’aider à reconstruire sa ville. Appel qui n’est pas resté sans réponse puisque des collectes de fonds ont été initiées par plusieurs personnes et association, des dons ont été attribués par des amis et des sympathisants.

Grâce à toutes ces manifestations, deux mois après le passage d’ENAWO, Antalaha retrouve petit à petit son visage d’avant dans la mesure où, elles ont permis au Maire, outre la distribution des vivres pour la population touchée, d’entamer des travaux d’assainissement d’abord, de réhabilitation ensuite.

Plusieurs travaux ont été entrepris dont la liste suivante :

à la suite du nettoyage de la ville, le NETTOYAGE DE LA PLAGE :

Le nettoyage de la ville a été le plus urgent à entreprendre, il a commencé dès le lendemain du cyclone, et s’accélère car il y a beaucoup à faire vu les dégâts…d’autant plus que le Maire tient à ce que la ville soit propre avant la fête du 26 juin. Il déploie donc tous les moyens en sa possession pour atteindre cet objectif.

Le nettoyage de la plage a commence.
170.000 Tonnes de déchets. Telle est l’estimation faite sur les déchets qui s’amoncèlent sur la plage d’Antalaha, longue de 7 km.
Le coût de l’opération d’une telle envergure est énorme. La Commune d’Antalaha – avec toute la volonté du monde – ne pourra pas supporter une telle charge financière. Il faut l’aide de l’Etat et/ou des organismes internationaux. Sauf que lesdites aides tardant à se manifester alors que le risque sanitaire provoqué par ce genre de déchets est énorme, un mois que le cyclone est passé, aucune action n’ayant été encore engagée pour le nettoyage de la plage en dehors d’une journée que les élèves du CEG Ambondrona avait consacré il y a quelques jours, le Maire d’Antalaha ne peut plus faire courir à la population le risque sanitaire évident qui s’annonce, il a entamé les travaux, là aussi grâce aux dons de quelques donateurs, des amis et connaissances en France et en Suisse, qui lui ont envoyé de l’argent, en tant que personne physique – en qui ils font confiance – (à souligner) pour aider la Ville à se relever. Le Maire a décidé alors de consacrer la majeure partie de ces fonds au nettoyage de la plage. Tout au moins celle qui se trouve au centre ville d’Antalaha.
Les travaux ont pu commencer, ils coutent à peu près 500.000 Ariary (soit 150€ pour 100 ouvriers – ce coût peut augmenter à 300€ lorsqu’on engage la location des moyens de transport. Ce qui, pour le moment, n’est pas le cas).
Le nettoyage de la Plage est la plus difficile des opérations mais également le plus symbolique pour juger l’état du « relèvement » de la ville d’Antalaha après le cyclone. Donc, la Mairie s’y atèle.

C’est un travail de fourmis. Petit à petit, la plage – en tout cas celle du centre ville – se vide des bois et arbres qui s’y amoncèlent. 5 jours après, les résultats sont encourageants.
Et cela va continuer. D’autres donateurs continuent de soutenir l’action du nettoyage de la plage.
Merci à eux, et merci à tous les travailleurs motivés qui accomplissent ces tâches ingrates.

Une portion de la route au bord de mers’est effondrée. En attendant que la Commune réhabilite cette route, elle a d’abord commencer par la nettoyer correctement afin qu’on puisse l’utiliser. La route ne sera ainsi pas coupée.

BELLE ROSE

Le quartier de Belle rose, l’un des plus touchés par le cyclone:

Le quartier est inondé et les déchets s’amoncellent partout.
Certains responsables du quartier n’ayant pas bougé, le Maire a décidé de créer une équipe de Choc, dirigée par un ancien président de quartier, pour engager les actions de nettoyage de ce quartier.
Les travaux sont considérables et prendront du temps, certes, mais le nettoyage est nécessaire et urgent.
La même méthode est envisagée dans les autres quartiers malgré l’ inefficaces de certains chefs de quartiers.
En effet, les chefs de quartiers ne sont pas sous tutelle de la Commune, et ils se permettent d’ignorer les directives du Maire lorsqu’il s’agit d’effectuer des services publics de base (ce qui est contraire à Antananarivo où les chefs fokontany sont très actifs).

CANALISATION

Le travail pour désencombrer les canalisations est très pénible mais les ouvriers ont une grande volonté et c’est ce qui fait la différence et qui pousse la ville à avancer.
Merci ces ouvriers qui travaillent dur, vite et bien…mais on ne se plaint pas.

ANJIAMANGOTROKA

Le bureau fokontany d’ANJIAMANGOTROKA, construit il y a quelques années mais jamais terminé et laissé à l’abandon, puis abîmés par le cyclone est également réhabilité pour devenir le plus beau bureau fokontany d’Antalaha. Même si sa construction n’a pas été initié par le Maire, FERAND Eddie, il a décidé de le finir pour que celui-ci devient opérationnel pour les fonctionnaires de ce fokontany.
Ce bureau faisant partie du patrimoine public, il faut donc en prendre soin.

AMBOHITSARA

Commencement de réaménagement de la route vers Ambohitsara (15km).

La route menant vers Ambohitsara est entrain d’être réaménagée (avec les moyens du bord) et toujours des dons venant des amis
L’objectif étant d’élaguer les bords de la route, de curer les canaux, nettoyer les buses et de réhabiliter les points noirs sur cette route. Des travaux en HIMO sont d’abord engagés, à travers l’emploi de 60 personnes, avant que les engins n’interviennent plus tard.

D’autres travaux et actions sont toujours en cours pour la reconstruction d’Antalaha.

Le Maire ne cesse de le répéter, toutes ces actions ont pu être commencées et continues à être menées grâce aux dons. A ce jour, Antalaha est, entrain de se relever.

FOLLOW US ON:
Les Aides internatio